Les grandes lignes de la réforme de la formation professionnelle

La loi dite “Avenir professionnel” applicable depuis le 1er janvier 2019 instaure de nouveaux droits notamment en matière de formation professionnelle. Nous avons fait le point sur les grandes lignes à retenir.

1. Faciliter la formation professionnelle
Le mécanisme du compte personnel de formation (CPF) sera désormais évalué en euros. Le montant dépendra du parcours et du statut de chacun, bien évidemment. Une application mobile permet de choisir directement une formation et de désormais procéder au paiement sans aide tierce. Si besoin, des conseillers restent disponibles pour aider celles et ceux qui le souhaitent (via le Conseil en évolution professionnelle, une prestation gratuite).

2. Encourager la promotion interne et la reconversion
Avec le CPF de transition professionnelle, le salarié peut bénéficier d’une prise en charge d’une action de formation destinée à changer de métier ou de profession dans le cadre d’un projet de transition professionnelle. Il peut bénéficier d’un congé spécifique si la formation est effectuée, en tout ou partie sur le temps de travail. Ce CPF de transition professionnelle sera aussi possible pour les salariés démissionnaires et les indépendants qui ont un projet de reconversion.
Très proche de la période de professionnalisation, le dispositif Pro-A permet d’effectuer un parcours en alternance tout en conservant son CDI et sa rémunération.

3. Aider les jeunes apprentis
Pour donner envie aux jeunes de se lancer dans l’aventure “apprentissage” – désormais possible jusque 29 ans révolus – le gouvernement met en place notamment une aide de 500 euros supplémentaire pour passer le permis de conduire. A celle-ci, s’ajoute les aides régionales que chaque apprenti peut solliciter.

4. Faciliter l’alternance à l’étranger
Des dispositifs sont mis en place afin d’encourager la mobilité internationale des apprentis et des alternants (simplification de la procédure et des aides financières).

5. Encourager l’évolution professionnelle
Le conseil en évolution professionnelle (CEP) reste un service gratuit pour tous. Des conseillers spécialisés en orientation continueront d’accompagner et de guider les actifs dans leurs projets d’évolution. La nouveauté réside dans l’élargissement des agences assurant le CEP puisqu’il sera ouvert à de nouveaux opérateurs régionaux.

L’objectif législatif affiché est d’accorder une plus grande autonomie aux actifs en tant qu’acteurs de leur projet professionnel et on ne peut que saluer la démarche. Il reste qu’en pratique, nous n’avons pas encore le recul suffisant pour en juger !

Laisser un commentaire

Top
Tweetez
Partagez